Trail des Passerelles 2015 – plein les mirettes

Troisième week end de juillet sonne l’heure du rendez vous incontournable de mes étés depuis 4 ans, le Trail des Passerelles de Monteynard. C’était mon tout premier trail en 2012, sur le 15km – puis le 30km les deux années suivantes. Cette année ma camarade Carole m’a convaincue, sans grande difficulté j’avoue, de faire le grand saut sur le grand parcours de 55km. J’étais deja totalement non préparée pour le grand duc il y a trois semaines, et aujourdhui, avec une température moyenne de 42° sur ce mois de juillet, on peut dire que je n’ai pas couru un kilomètre de plus depuis. Ca va être coton cette histoire encore, surtout que la chaleur est toujours de la partie.

Quoiqu’il en soit, samedi 18juillet rendez vous avec ma petite troupe de joyeux lurons au camping de treffort ou nous nous installons gaiement dans la pinède. Ensuite direction retrait des dossards et là, premier bug du week end. Je n’ai pas pris la copie de mon certif car je l’avais téléchargé à mon inscription et j’ai vérifié avant de partir, il est indiqué “validé” sur le site. Hors quand j’arrive pour le récupérer on me dit que non, qu’il n’y a aucune validation en ligne. What? JB est dans le meme cas. La nenette derrière nous idem. On n’a donc pas révé!!  bref je tente une récupération du certif sur ma boite mail mais comme je tape jamais mon mot de passe ben je m’en souviens plus et bim je bloque ma boite apres trop d’essai erronés. Le gag. Après quelques minutes de tergiversation et négociation , entre énervement et angoisse de me retrouver sur le carreau, je convainc finalement le charmant responsable de me filer mon sésame sans certificat. OUF.

S’ensuit la traditionnelle soirée pizza et une courte nuit de 3h pour un levé à 4h du mat.

passerelle repas passerelle carole

Habillage, petit dej et direction l’embarquadaire ou nous prenons le bateau de la mira qui nous emmène sur le lieu de départ de l’autre coté du lac.

Opération strap les yeux collés

Opération strap les yeux collés

5h45 on est super bien révéillés yeahhh

5h45 on est super bien révéillés yeahhh

6h35 le départ est donné.  JB et moi avons deja couru une bonne partie du parcours ensemble l’année dernière nous partons donc en binome à un rythme tranquille. Le parcours est tout de suite très joli et nous prenons beaucoup de plaisir sur cette première partie. Il ne fait pas encore trop chaud et meme la première ascension nous parait facile. Nous devisons joyeusement sur l’aspect “roulane” de cette cote, le genre de cote qu’on pourrait courir si on n’avait pas 50km devant nous quoi.
P1010286
Ensuite ça redescend un peu puis on remonte, ca commence à chauffer un peu mais on est tous les deux toujours bien. km 14 on nous annonce le ravito dans 4km. what? il est prévu au k16 normalement. le bénévole suivant idem “ravito à 4km” .. et le suivant pas mieux. Ca doit etre ça ce qu’on appelle un “running gag”?  bref. km 18 ou 19 voici enfin le ravito. on fait le plein des bidons, et on s’asperge copieusement d’eau dans un bassin avant de partir à l’assaut de la prochaine difficulté.

1er ravito on a le sourire, c'est roulaaaaane

1er ravito on a le sourire, c’est roulaaaaane

Nous nous sentons tous les deux toujours assez bien malgré la température qui monte qui monte. Le paysage est totalement somptueux. Le passage sur les rails en surplomb du barrage est à  couper le souffle. Tous les coureurs s’arrêtent pour admirer la vue et chacun y va de son petit “tchouu tchouuu” au passage du tunnel.
P1010284 P1010281  P1010285
Le second ravito ne devrait pas tarder, mais avec le décalage kilométrique on est un peu paumé. Le voici enfin après un petit passage très sympa et rafraichissant dans la mine de la motte d’aveillans.
IMG_0162
Et là c’est le drame, le ravito censé être “complet” est totalement dévalisé. Plus de coca, plus de bananes, plus grand chose. Les bénévoles sont aussi décontenancés que les coureurs arrivants et vont récupérer du coca chez eux pour nous le proposer. Et là je pense que je fais l’erreur qui va plomber le reste de ma course. J’avale un verre de coca chaud. On repart pour la première grosse grosse difficulté du parcours, l’ascension du sénépy. J’accuse tout de suite le coup. Le ravito n’est pas passé du tout du tout. Je souffle comme un boeuf ce qui inquiète JB qui me propose une pause. Je refuse de peur de ne pas pouvoir repartir. Tant bien que mal, en perdant énormément de temps sur cette partie,  on rallie donc le ravito suivant au km 31 ou là encore il ne reste quasiment rien. Des bénévoles sont meme descendus chez eux en catastrophe chercher des pack d’eau. Nous faisons une vraie pause d’au moins dix mn pour essayer de me remettre un peu d’aplomb, on rigole un peu avec les bénévoles qui sont vraiment adorables et serviables, puis on repart finir l’ascension du Sénépy. Cette deuxieme partie me parait beaucoup plus facile, moins raide, je me sens un peu mieux ; nous atteignons le sommet sans trop de difficultés. La vue est imprenable, pause photo oblige.
P1010293 P1010291 P1010289
Et c’est partie pour la descente. La première partie tout va bien puis d’un coup, gros coup de chaud je suis à deux doigts de tourner de l’oeil, je m’arrete. JB s’inquiète et m’asperge avec ce qu’il nous reste d’eau vu que normalement le prochain ravito est pas trop loin. Quelques centaines de mètres plus loin un bassin. Hallelujah. JB me verse l’équivalent de 50litres d’eau sur la tronche et noie mon téléphone au passage mais pfiouuuu ça fait du bien. Puis ravito. On est au km 36.5 – on est censé etre au km32. La barrière horaire est censé etre à 14h30 au km41 mais on nous annonce qu’elle est à 8km. Autrement dit le flou kilométrique annoncé/réel nous met dans le rouge pour passer la dite barrière. On repart. Et là les rôles s’inversent un peu. Moi ca va mais JB souffre du genou. Il me dit de partir devant pour attraper la BH mais je me vois pas continuer en le laissant derrière alors que j’ai pas arrêté de le freiner. Bref on progresse à un rythme plus que moyen en voyant défiler l’heure mais en espérant que vu qu’il y a quasi 5km de plus ils auront reculé la BH. Et c’est le cas ! On la passe tout juste avant 15h pour redescendre emprunter la première passerelle.
P1010297
Puis derrière ça remonte et là j’ai plus de jambes, j’ai mal dans la main strapée (ben oui ça gonffle) , j’ai plus d’énergie et en y repensant à postériori je pense qu’il est clair que je ne me suis vraiment pas assez alimenté. Bref je laisse JB prendre quelques longueurs d’avance, je me dis que même si je passe la prochaine BH je me vois mal affronter la Côte Rouge (2eme grosse difficulté du parcours) sur la fin. Jusqu’au sommet j’ai toujours JB en ligne de mire et puis quand la descente s’amorce  je le perd vite de vue (le monde à l’envers!!) je ne peux plus avancer, j’ai l’impression d’avoir les pieds en bouillie (et c’est le cas comme je le constaterais plus tard) là je sais que c’est fini pour moi. Je constate néanmoins qu’il y en a qui ont plus morflé que moi car au point sécu de la croix rouge il y a au moins 8 grands gaillards étendus par terre. Je finis enfin cette descente qui me semble interminable et traverse la deuxième passerelle. De l’autre côté, au kilomètre 50,  on m’annonce que je suis hors course ; la barrière horaire ayant été fermée… il y a 3 minutes. 3minutes. putain. Le bénévole qui est là est vraiment très cool. On discute un peu pendant que j’avale ENFIN DU COCA! je m’assure que JB est passé et puis il faut rentrer.. à pied oui ya pas de rapatriement. 5km de marche. Ben finalement j’aurais bien fait 55km aujourdhui.

Au camping je retrouve Carole et Simon qui n’ont pas passé la première BH, Mia quand à elle a abandonné à cette même BH elle était juste derrière nous mais n’est pas repartie, coup de chaud.

Malgré ce relatif échec groupé (sauf JB qui a quand meme bouclé yeahhhh bravoooo) nous avons tous un grand sourire et parlons déjà de notre revanche l’année prochaine. Ce parcours est trop beau pour ne pas y revenir, mieux préparée. Deja je pourrais pas l’être moins huhu.

Crédit photo moi meme + 2 ou 3 piquées à JB et Carole

NB : j’ai les pieds en bouillis donc, je suis gentille je vous épargne la photo de mes gros orteils décollés ^^

Advertisements
This entry was posted in RC Course and tagged , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Trail des Passerelles 2015 – plein les mirettes

  1. Nolwenn says:

    Bravo bravo! Ouais ça mérite revanche! Putain la BH si près de l’arrivée et pour 3min, c’est la totale!

    “Huit grands gaillards étendus par terre”, je saurais pas l’expliquer mais j’adore ce passage. 😀

    Nan pis vraiment, ça a l’air super beau!

    • oaz81 says:

      c’est vrai que la BH est tres pret de l’arrivée mais sur ces 8 derniers km c’est raidasse, il y a encore bien 400 de déniv sur 4km puis une descente tout aussi costaud, je sais pas comment j’aurais fini.
      Et oui les gaillard étendu sous la tente de la croix rouge c’est méchant ms qqpart ça fait plaisir de voir que t’en chie grave ms qu’il y a des mecs qui ont l’air supra affutés qui tiennent plus debout^^

  2. jaife says:

    Bravo !!! 50km quand même !
    Tu t’es fait amputé d’un bras dans la mine ? 😀

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s