CR du trail du Grand Duc en duo : Les Filles du Calvaire

Le dernier week end de  juin sonne le jour du premier gros défi de l’année 2015 : le trail du Grand Duc de Chartreuse sur lequel je suis inscrite en duo avec ma coéquipière Carole. Carole commencera le relai avec le gros morceau de 49km et je concluerais avec un petit digestif de 38km / 1600 d+

C’est un double défi car déja que le morceau ne s’annonce pas facile, quand en plus on n’a pas couru depuis presque 3 mois, ça devient carrément velue cette histoire!! En effet je me suis cassé l’orteil 3 jours après le Lyon Urban Trail ce qui m’a immobilisé un mois et demi puis une contracture à la cuisse dès la reprise , 3 semaines de plus. Carole quand à elle sort d’une prépa marathon et se prépare pour le grand raid de camargue bref le déniv c’est pas trop ça!
Je vais donc mettre une fois de plus à l’épreuve la technique désormais très éculée de la non prépa.

27 juin me voici donc aux Echelles pour retrouver ma coéquipière et son chéri Christian qui s’attaquera au tour complet en solo pour un petit briefing et la récupération du dossard et du merveilleux t shirt en coton.
On se met au point sur les horaires prévisionnels, évoquons vaguement le sujet des barrières horaires. Le point le plus problématique nous semblant être St Laurent du Pont, soit la première partie de mon étape. Si Carole ne me donne pas le relai aux alentours de 14h30, la BH de 18h à St Laurent sera compliquée pour moi. D’autant qu’en laissant trainer les oreilles par ci par là cette partie semble pus ardue que prévu.  Nous restons cependant confiantes, nous sommes là avant tout pour nous faire plaisir!

28 juin – 7h30 réveil. ma première pensée est pour ma coéquipière partie 2h avant. Je check mon téléphone, rien, j’ai le temps, elle doit m’envoyer un sms à son passage à la fin de la première étape vers 8h30/9h je pense. Direction petit déj puis en route, j’ai prévu de la voir aux environ de 11h au ravito de st thibaud de couz.

9h40 réception du sms, l’heure me laisse dubitative.

10 h on est dans la place, mes parents nos 2 chiens et moi on s’installe gentiment dans le gazon sous un soleil pas encore trop pesant.
P1010255 P1010253

10h30 j’ai la surprise de voir passer Christian que je n’attendais pas si tôt! le sieur a l’air frais comme un gardon et m’annonce qu’on lui a dit que Carole n’est pas loin derrière ! super !!

10h45 Carole n’est pas là
11h00 Carole n’est toujours pas là
11h15 Mais ou est Carole
11h30 Je suis zen je suis zen MAIS OU EST MA BLONDE

12h elle déboule enfin !!
P1010257

Petit débrief rapide pendant qu’elle se ravitaille, ca va mais elle en chie. L’horaire fatidique de  15h aux Echelles ou je dois prendre le relais s’annonce compliqué. On se met d’accord, si à 15h elle n’est pas là je pars en off, je l’appelle avant de partir pour être sure (histoire de pas se rater à 2mn se serait con).

12h30/13h30 pause déjeuner dans un coin tranquille en bord de rivière pour rafraichir les canidés puis direction le point relai aux Echelles.

14h au point relai où pas un centimètre carré à l’ombre n’est disponible. Je commence à me mettre en condition avec toujours l’espoir que Carole ai un regain d’énergie et arrive dans les temps. Je visse la casquette sur la tête, me badigeonne d’écran totale et me rend au point chronométrage pour essayer d’avoir des infos sur la position de mon binome. Là on m’annonce que d’après ses temps de passage, son arrivée est prévue pour 14h40 !! what!!? ce serait super ! je vais donc m’installer ds le couloir des duo en attente ou je retrouve Séverine venue en supportrice.

14h20 Cristian arrive !! décidémment, jamais ou on l’attend ce cricri ! je pensais qu’il était passé depuis longtemps et qu’on l’avait raté! cette arrivée anéanti donc mes espoirs. Si Christian n’arrive que maintenant, aucune chance que Carole déboule en moins de 40mn ce qu’elle me confirme au télé à 15h40 en arrivant en haut de son dernier col. “je suis cuite, je serais pas là à 15h, part”  Les jeux sont faits, je partirais donc en “libre” à 15h. Je suis donc Christian au ravito pour prendre des news ; il m’annonce qu’il arrete, trop cuit et plus d’envie, la prochaine BH lui sera fatale alors autant arrêter les frais.

Je vais donc me placer au milieu du petit groupe des duo en perdition  dans l’attente qu’on nous laisse partir à 15h. Severine ne tarie pas d’effort pour m’apporter un peu de motivation.

15h02 on a le feu vert de la direction de course, c’est parti.

On commence par 3.5km de plat sur le bitume et chemins agricoles en plein cagnard. Je pars assez vite je sais pas trop pourquoi je me dis surement inconsciemment que j’arriverais plus vite à l’ombre. Je suis pas trop mal mais j’ai deja très soif malgré des gorgées régulières. Je ne souhaite qu’une chose c’est qu’on attaque la montée ombragée.

km 4 : mon voeux est exhaucé, on arrive en sous bois.

on tombe d’abord sur un gros passage plein de boue, une vraie marre ! comment il peut y avoir une mare par 40° putain !! je me dis que ça doit etre presque sec et pause le pied. bim je m’enfonce jusqu’à la cheville et manque d’y laisser ma fellraiser. Deux mecs arrivent derrière et me voyant engluer contournent consciencieusement le chemin en me laissant dans mon merdier sans un mot. Sympa les mecs! bref je m’extirpe et sort du chemin au bout duquel on bifurque à gauche pour attaquer l’ascension.

km4,5 c’est beaucoup BEAUCOUP plus raide que ce que j’avais envisagé. On zigzague à brut dans le sous bois en flanc de montagne, quel mur. Je montre les premiers signes de déshydratation, sueurs froides. Je n’arrive pas à me rappeler à quel kilomètre est prévu le ravito, fait chier
P1010264

km6,5 : Tramoley et son “passage en marche obligatoire” ! cte blague merci de me prévenir que j’ai pas le droit de courir car j’en avais totalement l’intention là maintenant tout de suite, dans ce mur de pierre que l’on escalade à l’aide du cable accroché à la paroi.

J'ai piqué la photo je ne sais où - soyez libre de réclamer votre copyright!

J’ai piqué la photo je ne sais où – soyez libre de réclamer votre copyright!

quelque décamètres de descente et on repart dans le dur de l’ascension. Je n’ai jamais autant tiré sur mes bâtons, je galère sévère mais je regarde mon chrono et ça me semble pas mal alors je continue. Par contre j’ai presque plus d’eau. Je commence à fantasmer sur les 3 verres de coca glacé que je compte me taper au ravito.

km9 : j’entends des voix au dessus de moi, encore quelques mètres à pic et le voici enfin ce ravito. Et là c’est le drame : plus de coca, plus de fromage, plus de saucisson, les bananes doivent etre cuites depuis 3h sur la table tellement elles sont noires, il ne reste que des tucs et de l’eau (à peine, cest la fin du dernier bidon ). Dépitée je fais le plein de mes bidons en grognant et sans rien manger.

à cet endroit j’ai deux options :

soit je continue mon étape normalement. Il est 16h50 j’ai encore 1h10 pour arriver à st laurent du pont, si je n’y arrive pas je serais stoppée là bas.

soit je prends le shunt qu’on nous propose : un raccourci qui me garanti de pouvoir passer dans les temps à st laurent pour continuer sur la 2eme partie de mon morceau.

je tergiverse quelques secondes, 1h10 pour 8km ça doit etre faisable non? il reste 2.5km d’ascension et ensuite on descend. je me suis pas tapé 6km de mur pour faire demi tour à 3km du sommet. et puis de toute façon la deuxieme partie apres st laurent est moins sympa, je suis moyen motivée pour me taper ces 20km. donc au pire je m’arreterais la bas tfaçon je suis deja pas classée autant profiter du voyage! bref je dis non au shunt et reprend l’ascension toujours en me disant que 18h cest encore jouable.

km9.5 : putain mais pourquoi j’ai pas pris ce foutu shunt déjà?

après quelques centaines de mètres j’arrive sur un replat ou on m’indique que je dois faire un petit détour par le belvédère pour pointer et ensuite repasser pour finir l’ascension. ha c’est donc pas encore fini.

Pointage – photos et on repart.

P1010261 P1010262 P1010263

et c’est toujours aussi raide. tain si j’avais pris le shunt ptete que je serais deja à st laurent devant une bière fraiche. j’ai mal dans les épaules à force de tirer sur les bâtons – je me demande plusieurs fois si je ne me suis pas trompé de chemin car dans la végétation d’1m50, la trace des coureurs précédent est à peine repérable et les rubalises qui doivent être périmées depuis 5 ans tellement elles sont claires/délavés n’aident pas.

km11,5 après 2h25 de course dont 1200 de d+ sur 7km je suis en haut, hallelujah !! il me reste 35mn pour faire 5,5km en descente – connaissant les rouages du trail je sais que potentiellement la BH peut etre reculée de 15 voir 30mn suivant le nombres de combattants encore en course. On amorce un single technique mais praticable, je me dis que c’est faisable, avale quelques bonbons acides pour retrouver un peu de lucidité et m’attelle à faire la descente.

km12 : c’est le drame, on bifurque pour se retrouver face à face avec la pente, c’est très technique, étroit, raide, on zigzague dans les bois sur un chemin à peine visible,des troncs d’arbres énormes à escalader de temps en temps (bon des fois je rampe en dessous). Mes espoirs de gagner du temps dans la descente s’effritent peu à peu. A des moments je suis tellement blasée du pourcentage que je me dis que si je me mets sur le cul je peux ptete descendre sans rien faire. Oui je crois qu’on peut dire que je suis au bout du rouleau.

km13 je pensais que ça ne pouvait pas être pire et bien j’avais tort. Me voici face à la cheminée de Fetrus ou on m’indique qu’il faut que je fasse très attention et interdiction de courir. Sans blague. Donc la cheminée cest quoi? ben on dirait un torrent asséché, en gros un mur de blocs de pierres plus ou moins gros et plus ou moins stables d’environ 500m que tu dois descendre/ sauter/enjamber. Plusieurs fois je me retrouve à l’arrêt sur un rocher en mode – qu’est ce que je fou là – où je vais? – où je suis censée poser le pied suivant? la chaleur accablante et le manque de lucidité donnent des allures de casse-tête chinois à cette cheminée. Heureusement le gilet fluo d’une bénévole un peu plus bas m’indique vaguement la direction, et quand je suis à portée de voix elle m’indique les blocs les plus stables. “encore 50m et vous sortez de la cheminée à droite” OUF.

The cheminée qui fait fumer J'ai piqué la photo je ne sais où - soyez libre de réclamer votre copyright! (bis)

The cheminée qui fait fumer
J’ai piqué la photo je ne sais où – soyez libre de réclamer votre copyright! (bis)

on repars donc en descente légèrement plus praticable.

k15,5 18h20 Carole m’appelle pour savoir ou j’en suis et m’informer qu’ils ferment la barrière. Oui ben toute façon je me voyais pas trop enchaîner les 20 derniers kilomètres. “on est au troquet avant l’arrivée, on t’attend avec une bière fraiche” ! enfin une bonne nouvelle !

km17 : mais elle est ou cette arrivée? on traverse saint laurent sur le bitume écrasée de chaleur.

km18 quelques escaliers pour achever les quadri et l’arrivée est en vue. Carole me rejoint pour les derniers mètres et enfinla ligne, un bénévole me prend mon dossard.  Le calvaire prend fin.

18,6km / 3h40

On se retrouve donc tous autour d’une bière réparatrice pour partager nos déboires ; Carole est arrivée aux Echelles à 16h30. Cricri comme prévu n’est pas reparti. La journée a été rude pour tout le monde mais nous parlons déjà de nos prochains défis.
Ha ces traileurs!

Bilan :

Pour moi la journée a été compliquée mais 3h40 pour ce parcours me laissent finalement plutot satisfaite, pas de prépa déniv, zero kilomètres dans les jambes ce chrono n’est pas si mal, j’avais prévu 3h sans connaitre la descente cauchemardesque qui m’attendait. Je suis surtout rassurée sur l’état de mes blessures. Aucune douleur à la cuisse, ce que je craignais beaucoup vu que j’avais encore mal en marchant 5 jours plus tot. L’orteil a également tenu le coup alors que le matin même en enfilant les fellraiser pour la première fois depuis 6mois j’étais plus que dubitative.

Bref une belle journée de souffrance et de masochisme à l’état pur. Rendez vous dans 3 semaines pour le trail des passerelles, ses 55km et ses 2900 mètres de dénivelé!

 

 

 

Advertisements
This entry was posted in RC Course. Bookmark the permalink.

7 Responses to CR du trail du Grand Duc en duo : Les Filles du Calvaire

  1. Et alors tu valides la technique de la non prepa ou pas ???? c’est pour savoir comment je dois m’y prendre pour ma prochaine course :p
    ça avait l’air bien raide en tout cas comme parcours et la chaleur n’a rien du arranger !!!!
    rdv dans 3 sem pour la revanche …

    • oaz81 says:

      alors disons que la technique de la non prépa a fait ses preuves par le passé (le LUT et meme la saintélyon) mais je crois que quand on atteint un certain pourcentage de côte la dite technique montre vite ses limites :p donc je dirais que ça dépend du profil pour ta prochaine course ^^
      pour dans 3 sem le déniv me fait un peu baliser mais je sais qu’on peut attendre des descente un peu roulane :p

  2. Nolwenn says:

    Joli calvaire! Pis 20km de torture ne font pas le poids face à une bière fraîche!
    Vivement les passerelles! Ce trail a l’air super beau! Tu nous diras ça!

    • oaz81 says:

      Les passerelles j’adore cest vraiment le truc que je fais tous les ans mais cest la première sur le 55 et ça me fait grave flipper car jai ds la tête la tronche des mecs du 55 l’année derniere mdr

  3. Anna-Lou says:

    Super les filles ! L’édition 2015 avait encore une fois l’air bien galère. Vous m’impressionnez !

    • oaz81 says:

      merci anna-lou ! oui le grand duc cest toujours galère on le sait :p mais c’est toujours un plaisir de galérer en chartreuse haha !! bon rétablissement bisous !

  4. jaife says:

    Je suis déçu il manque la meilleure partie : tu as pris quoi comme bière ?

    Ravi de te voir revenu dans tes runnings !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s